L'Attachement, un instinct oublié par Yvane Wiart

L'Attachement, un instinct oublié

Titre de livre: L'Attachement, un instinct oublié

Éditeur: Albin Michel

Auteur: Yvane Wiart


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: L'Attachement, un instinct oublié.pdf - 48,200 KB/Sec

Mirror [#1]: L'Attachement, un instinct oublié.pdf - 23,433 KB/Sec

Mirror [#2]: L'Attachement, un instinct oublié.pdf - 50,931 KB/Sec

Yvane Wiart avec L'Attachement, un instinct oublié

La théorie de l'attachement, dont John Bowlby est le fondateur, montre l'influence des relations affectives en famille sur le développement de la personnalité de l'enfant. Ce pédopsychiatre psychanalyste anglais a consacré sa vie à étudier ce lien et à se battre pour qu'il soit reconnu comme essentiel à l'équilibre de chacun de nous.

Yvane Wiart, Docteur en psychologie, chercheur au Laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie de l'Université Paris Descartes, explique comment Bowlby a élaboré cette approche, qu'il a voulue scientifique, et présente les découvertes les plus récentes en la matière, y compris sur le plan neurobiologique. Si l'attachement est défini comme un instinct qui, au départ, rapproche le bébé de sa mère afin qu'elle lui prête attention et favorise sa survie, il est loin de se limiter aux premières années de notre existence. Présidant à nos comportements la vie durant, cet amour qui nous façonne régit nos relations avec autrui, ainsi que l'image que nous avons de nous-mêmes : il est à l'origine de nombre de nos émotions au quotidien.
Malgré ces avancées majeures, la théorie de Bowlby est parfois encore controversée. Sans doute parce qu'il est difficile d'admettre que les parents n'agissent pas toujours pour le bien-être de leurs enfants, souvent sans le savoir, et que cela a des conséquences toute la vie, sur eux et sur leurs descendants.

Livres connexes

La théorie de l'attachement, dont John Bowlby est le fondateur, montre l'influence des relations affectives en famille sur le développement de la personnalité de l'enfant. Ce pédopsychiatre psychanalyste anglais a consacré sa vie à étudier ce lien et à se battre pour qu'il soit reconnu comme essentiel à l'équilibre de chacun de nous.

Yvane Wiart, Docteur en psychologie, chercheur au Laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie de l'Université Paris Descartes, explique comment Bowlby a élaboré cette approche, qu'il a voulue scientifique, et présente les découvertes les plus récentes en la matière, y compris sur le plan neurobiologique. Si l'attachement est défini comme un instinct qui, au départ, rapproche le bébé de sa mère afin qu'elle lui prête attention et favorise sa survie, il est loin de se limiter aux premières années de notre existence. Présidant à nos comportements la vie durant, cet amour qui nous façonne régit nos relations avec autrui, ainsi que l'image que nous avons de nous-mêmes : il est à l'origine de nombre de nos émotions au quotidien.
Malgré ces avancées majeures, la théorie de Bowlby est parfois encore controversée. Sans doute parce qu'il est difficile d'admettre que les parents n'agissent pas toujours pour le bien-être de leurs enfants, souvent sans le savoir, et que cela a des conséquences toute la vie, sur eux et sur leurs descendants.La théorie de l'attachement, dont John Bowlby est le fondateur, montre l'influence des relations affectives en famille sur le développement de la personnalité de l'enfant. Ce pédopsychiatre psychanalyste anglais a consacré sa vie à étudier ce lien et à se battre pour qu'il soit reconnu comme essentiel à l'équilibre de chacun de nous.

Yvane Wiart, Docteur en psychologie, chercheur au Laboratoire de psychologie clinique et de psychopathologie de l'Université Paris Descartes, explique comment Bowlby a élaboré cette approche, qu'il a voulue scientifique, et présente les découvertes les plus récentes en la matière, y compris sur le plan neurobiologique. Si l'attachement est défini comme un instinct qui, au départ, rapproche le bébé de sa mère afin qu'elle lui prête attention et favorise sa survie, il est loin de se limiter aux premières années de notre existence. Présidant à nos comportements la vie durant, cet amour qui nous façonne régit nos relations avec autrui, ainsi que l'image que nous avons de nous-mêmes : il est à l'origine de nombre de nos émotions au quotidien.
Malgré ces avancées majeures, la théorie de Bowlby est parfois encore controversée. Sans doute parce qu'il est difficile d'admettre que les parents n'agissent pas toujours pour le bien-être de leurs enfants, souvent sans le savoir, et que cela a des conséquences toute la vie, sur eux et sur leurs descendants.